Adhérents

Contact

Offres d'emploi

Accueil > Presse & publications > Revue de presse

Dans la presse

  • logo-presse_reussirlait_Logo_ReussirLait

    " Réagissons face aux attaques contre l'élevage "

    Source : Costie Pruilh - Réussir Lait
    Date de parution le 18 février 2019

    " Réagissons face aux attaques contre l'élevage "

    "Jean-Louis Peyraud, chercheur à l'Inra, s'attaque aux discours simplistes qui exhortent à réduire notre consommation de viande pour agir en faveur du climat."

    Jean-Louis Peyraud, chercheur à l'INRA. "Si la diminution de la production conduit à des retournements de prairies, le bilan carbone sera dégradé."

    V. BARGAIN - ARCHIVE

  • agrafil_agrafil

    Bien-être animal : une carte d' « élevages industriels » fait polémique en Australie

    Source : - AGRAFIL
    Date de parution le 23 janvier 2019

    "Après la carte des « fermes-usines » françaises de Greenpeace, finalement retirée après que l'ONG a reconnu des problèmes méthodologiques, une carte en ligne recensant une centaine « d'élevages industriels et d'abattoirs » australiens, par un groupe local de défenseurs des animaux (Aussie Farms), fait polémique dans le pays, où le ministre de l'agriculture a demandé publiquement son retrait. Le ministre australien craint que cette carte n'engendre «des comportements illégaux perpétrés par des activistes», rapporte le quotidien The Guardian, le 22 janvier. L'objectif poursuivi est d'« informer le public sur les pratiques d'élevage et d'abattage modernes », assure le groupe. La carte en ligne permet aux visiteurs de publier des photos ou vidéos des fermes géolocalisées ; le ministre s'est notamment inquiété de leur véracité, dont seul le groupe est garant. La présidente du principal syndicat agricole, la National farmer's federation, a résumé ainsi l'affaire sur une radio locale: « C'est l'histoire de gens qui font leur travail quotidien normal ... et qui voient des justiciers débarquer chez eux pour soi-disant vérifier que tout est ok »."

  • agrafil_agrafil

    Face aux vegans, la Conf' présente un plaidoyer «pour l'élevage paysan»

    Source : - AGRAFIL
    Date de parution le 22 janvier 2019

    "La Confédération paysanne, qui se place dans une double opposition, d'une part à «l'élevage industriel» et d'autre part aux associations prônant l’abolition de l'élevage, a présenté le 21 janvier un recueil de témoignages d'agriculteurs de son réseau sur la relation homme-animal. Les positions et les propositions du syndicat sur ce sujet sont présentées à la fin de ce recueil financé par l'UE. «On ne peut pas comparer la relation qui existe entre un éleveur paysan et un animal à celle qui existe dans l'élevage industriel, où ce lien n'existe plus», a résumé la secrétaire générale Temanuata Girard, lors d'une conférence de presse. Face aux attaques des vegans, elle veut assumer sans détour que «la mort est l'issue de notre métier», et qu'«une ferme n'est pas un conservatoire». Pour le syndicat, la contribution de l'élevage à la lutte contre le changement climatique passe par la révision des modes de production, davantage qu'une baisse de consommation: «On peut aller vers une baisse de la consommation de viande, mais si l'on ne remet pas en cause les modes de production, cela ne changera rien», estime le secrétaire national à l'élevage, Nicolas Girod, après la parution d'une étude dans le Lancet qui recommande de baisser drastiquement la consommation mondiale de viande. «S'il n'y avait que l'agriculture paysanne, la consommation de viande baisserait», commente également Temanuata Girard, après le lancement du Lundi vert."
  • LOpinion_lopinion

    Elevage et biodiversité

    Source : Irène Inchauspé et Muriel Motte pour l'Opinion ; Anne-Cécile Suzanne pour Le Monde - l'Opinion ; Le Monde
    Date de parution le 06 janvier 2019

    Attention, articles intégrals réservés aux abonnés.

    L'Opinion

    Jean-Louis Peyraud (Inra): « Elevage et climat, arrêtons les discours simplistes ! »

    Irène Inchauspé et Muriel Motte

    06 Janvier 2019 à 17h45

    Si on peut envisager une diminution de 10% à 15% de la production de viande, les ruminants jouent un rôle essentiel dans la préservation de la biodiversité

    Les faits - Un appel pour un lundi sans viande ni poisson en 2019 a été lancé avec le soutien de nombreuses personnalités parmi lesquelles Juliette Binoche, Cédric Villani et Matthieu Ricard. L'un des objectifs affichés est de contribuer à sauvegarder la planète. Une démarche jugée simpliste par Jean-Louis Peyraud, chercheur à l'Inra. L'Institut prépare d'ailleurs une réponse à cette initiative.

    En quoi un lundi sans viande ni poisson peut-il avoir un effet positif sur l'environnement ?

    Dans les pays développés on mange plus de viande que ce dont on a besoin, on peut y réduire notre consommation sans effet négatif sur la santé. Mais ce n'est pas la consommation, c'est la production qui a des effets sur l'environnement. Dire qu'il faut réduire la consommation pour réduire notre impact sur la planète c'est faire deux hypothèses. La première est que l'élevage n'a que des effets négatifs sur l'environnement, ce qui est faux. Evidemment, il génère des émissions de gaz à effet de serre (GES), des nitrates et des algues près des côtes en Bretagne. Par contre, l'élevage de ruminants a des effets positifs sur l'environnement car c'est lui qui entretient les prairies. C'est la principale activité agricole qui peut être source de biodiversité. La deuxième hypothèse est qu'il existe un couplage parfait entre production et consommation, ce qui est faux au niveau d'un pays. On ne produit pas d'ananas en France et pourtant on en mange, grâce au commerce mondial. De même, l'Europe de l'ouest est grande productrice de lait, à un niveau bien supérieur à sa consommation. [...]

    Lire la suite ici


    Le Monde

    « Sauver la biodiversité passe par manger de la viande française de qualité »

    Pour Anne-Cécile Suzanne, agricultrice en polyculture-élevage, les exploitations d’élevage françaises constituent le chaînon fondamental qui lie agriculture et préservation de la biodiversité. Mais leur existence est menacée, prévient-elle dans une tribune au « Monde ».

    Par Anne-Cécile Suzanne Publié le 07 janvier 2019 à 06h00 - Mis à jour le 07 janvier 2019 à 06h00

    Tribune. Il y a quelques jours, la France s’est vue décerner le prix du pays au système alimentaire le plus durable. En même temps, nous apprenions, une fois de plus et sans surprise, que pour préserver le climat il fallait diminuer voire stopper notre consommation de viande. Au nom de la lutte contre le changement climatique, l’élevage intensif, gourmand en eau, émetteur de gaz à effet de serre et peu respectueux du bien-être animal devrait être aboli. La conclusion est intuitive, on ne peut que la rejoindre, mais encore doit-elle être comprise et non abusivement et radicalement interprétée.

    Doit-on en effet réclamer la fin de l’élevage ? La fin pure et simple de la consommation de viande ? Beaucoup le pensent. Mais c’est ici profondément mal connaître l’utilité d’un certain mode d’élevage pour l’environnement. L’élevage traditionnel français est responsable. Mieux, il est un maillon indispensable de la préservation de la biodiversité, des paysages et du climat. Sans lui, c’est tout l’écosystème environnemental national qui est menacé. [...]

    Lire la suite ici

  • agrafil_agrafil

    Bien-être animal : Guillaume défend les éleveurs face aux associations

    Source : - AGRAFIL
    Date de parution le 10 janvier 2019

    «Le ministre de l’Agriculture, a demandé, dans communiqué du 10 janvier « à ce que cessent les mises en cause systématique» des éleveurs, quelques jours après l’appel pour un «lundi vert», lancé par 500 personnalités préconisant de remplacer la viande et le poisson chaque lundi.

    Cette déclaration fait suite à sa rencontre, le jour même, avec les représentants associatif de la protection animale, lors de laquelle il a « tenu à rappeler que les éleveurs français sont bien les premiers acteurs du bien-être », car «ils aiment leurs animaux », et que leur «compétitivité économique» en dépend.

    Le ministre a par ailleurs voulu souligné que «de nombreux travaux de recherche et d’innovation étaient d’ores et déjà engagés par les filières pour faire encore évoluer certaines pratiques d’élevage».»

     

  • logo-presse_grandstroupeaux

    Stock record de fromage outre-Atlantique 2018

    Source : - Grands troupeux
    Date de parution le 18 juillet 2018

    Les derniers chiffres annoncés par l’USDA font craindre des problèmes à venir pour les éleveurs laitiers américains.

  • logo-presse_reussirlait_Logo_ReussirLait

    Efficow, un outil pour repérer les vaches qui vous rapportent le plus

    Source : - Réussir Lait
    Date de parution le 09 mai 2018

    France Conseil Elevage teste €fficow. Avec cet outil, vous pourrez bientôt identifier objectivement les vaches les plus rentables de votre troupeau, et celles qui le sont le moins.

  • logo-presse_inter

    Quand les fermes laitières œuvrent pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre

    Source : Laurent H - France inter
    Date de parution le 14 juin 2018

    Le Centre national interprofessionnel de l'économie laitière et l'Institut de l'élevage (mais aussi l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture et France Conseil Elevage) doivent signer ce jeudi une feuille de route climatique. Des objectifs "bas carbone" déjà expérimentés dans plusieurs fermes laitières.