Adhérents

Contact

Offres d'emploi

Accueil > Bovins lait > « Nous avons minimisé l’impact du stress thermique pour nos 110 vaches » - Seenovia
logo-presse_reussirlait_Logo_ReussirLait

« Nous avons minimisé l’impact du stress thermique pour nos 110 vaches » - Seenovia

Emeline Bignon - Réussir Lait - Le 08/05/19

L’été dernier, malgré la canicule, le Gaec de la Papionnière en Loire-Atlantique a maintenu pour la première fois la production et les taux de ses 110 vaches à 11 600 kg. Une meilleure ventilation y a contribué, mais pas seulement.

« Jusqu’à l’an dernier, nous appréhendions toujours quand arrivait l’été, car avec la chaleur ça déraillait vite dans le troupeau », reconnaît Philippe Jaunasse, l'un des quatre associés du Gaec de la Papionnière, en Loire-Atlantique, et équipé de deux robots de traite depuis 2008.

Suite de l'article : https://www.reussir.fr/lait/nous-avons-minimise-limpact-du-stress-thermique

Comment lutter contre le stress thermique sur le plan alimentaire

Germain Néré, expert chez Seenovia, indique comment gérer les épisodes de stress thermique sur le plan alimentaire.

« Le risque d’acidose est accru avec le stress thermique, souligne Germain Néré. Avec la chaleur, les vaches augmentent leur fréquence respiratoire. Cela engendre une baisse du bicarbonate sanguin et donc une réduction du pouvoir tampon de la salive. » D’où un impact négatif sur la stabilité du pH ruminal et la consommation de fourrages.

« Fournir une eau fraîche, propre, et en quantité non limitée est l’une des premières recommandations pour aider les vaches à refroidir leur corps et compenser les pertes par extra-chaleur », insiste-t-il. Il convient aussi de réduire le niveau de cellulose de la ration d’environ 2 %, en maintenant un minimum de 16 %. La cellulose mobilise beaucoup d’énergie dans le processus de digestion et produit de l’extra-chaleur en quantité. Limiter la cellulose réduit aussi l’encombrement, ce qui pemet de concentrer la ration en énergie et protéine. « En phase de stress thermique, les vaches réduisent naturellement leur ingestion, décrit le conseiller. Cette baisse peut être compensée par une plus forte concentration de la ration, en la densifiant en énergie non acidogène (maïs grain humide, matières grasses saturées…). Cela permet d’éviter les pertes d’état pouvant engendrer par la suite des boiteries, des baisses de performances laitières ou des soucis de reproduction. »

Le fait de distribuer la ration le soir plutôt que le matin est aussi une solution pour que la ration reste fraîche plus longtemps.